Sodome et Gomorrhe

Archives par auteur: Oskar Kermann Cyrus

Heavy WAR : DEUTSCHLAND !

C’est pas des blagues: les allemands sont champions en rock, punk et metal. Plus généralement, j’aurais pu faire un numéro spécial “pays nordiques”, mais il aurait fait 300 pages, aurait été super cher et disponible uniquement en librairie (chiche!). Et puis bon, je sais qu’il ne faut pas vous nourrir trop abondamment, vous qui êtes subitement anorexiques sitôt arrivé à…
Savoir plus

Ach, Konzert ! Beyoncé live @ Glastonbury 2011

Je débute cette rubrique en clin d’oeil à l’ami Nathanaël. Un concert époustouflant de la diva R’n’B, qui est décidément une vraie bête de scène. Je me tais, et vous laisse savourer ce concert complet filmé en pro-shot (comme tous les concerts qui vous seront proposés dans cette rubrique).

Dirty PÖP / Salement PÖP – Grace Jones

Je ne pouvais pas décemment commencer les Dirty PÖP de l’Oskar Musik Summer sans parler de Grace Jones. Icône Pop, légende vivante, artiste insaisissable, auteure-compositrice-interprète, Grace Jones fascine par sa manière d’être toujours en marge. Hâtivement affublée du titre de “Reine du Disco” alors qu’elle pourrait largement prétendre au trône de la Pop, Grace Jones est aussi une des artistes…
Savoir plus

Le mariage pour tous fait un carton à Notre-Dame

Perte de repères chez les fachos. Quand Marine la fille du borgne, ivre, plonge dans une piscine vide, Dominique Venner, idéologue de l’extrême droite “moderne” (j’ai lu cet oxymore dans le journal de révérence, lemonde.fr), défenseur de la désormais fameuse “identité chrétienne” de la France, se suicide dans une église. Non, ne riez pas tout de suite, ce n’est pas ça le plus drôle.

Des garçons, pas des hommes

J’avais déjà remarqué ce léger travers, auparavant. Peut-être que l’on attrape ce tic de langage comme une maladie. Peut-être que l’on prend cette maladie comme une sale habitude. A force de l’entendre dans la bouche des autres. A force de l’entendre, de se le voir asséné comme une série de coups de poing. Les homos sont « des garçons », pas des hommes.

Censeurs, j’irai cracher sur vos tombes

CSA

Tous les censeurs du monde font la même stupide erreur. Pourtant, ce que les bonobos médiatiques appellent bêtement « l’effet Streisand » n’a pas été inauguré par les inquiétudes (cependant fondées) d’une chanteuse connue sur une exposition un poil trop intrusive de sa vie privée. Ce phénomène devrait plutôt porter le nom plus pertinent du ministre du peuple et de la propagande du IIIe Reich : « l’Effet Goebbels ». Autant vous dire que les nouveaux défenseurs d’un « Art acceptable », et donc pourfendeurs d’un « Art dégénéré » ont manqué quelques heures d’Histoire. Alors Françoise, si par un curieux hasard tu me lis, ouvre grand ce qui te reste de cervelle.

Dirty PÖP / Salement PÖP – Skylar Grey

Un Dirty PÖP spécial, aujourd’hui, puisqu’il est entièrement consacré à Skylar Grey, de son vrai nom Holly Brook, chanteuse de 27 ans originaire de Mazomanie, village du Wisconsin aux Etats-Unis. Alors qu’elle s’apprête à sortir son premier album sous le pseudonyme de Skylar Grey, “Don’t Look Down”, le 9 Juillet prochain, elle a déjà une carrière bien remplie, de belles…
Savoir plus

Un doux chemin vers l’Enfer – Là où crèvent les illusions

Vous savez, des fois, ça me manque d’écrire. Sans but. En laissant divaguer les mots parce que finalement c’est pour ça qu’ils sont faits. Divaguer. Cette année, puisque c’est le temps des bilans, j’ai tenté d’échapper à l’écriture. Tenté de m’échapper de la littérature. Essayé de fuir. Ça m’est revenu comme un poing dans la gueule. Et là, tout de suite, je me sens stupide d’avoir voulu échapper à la seule chose que j’arrive à accomplir. La seule chose qui me maintient dans ce grand gros monde blanc. Je m’accroche à la plume comme je m’accroche au monde : désespérément. Avidement. Dans un mélange souvent nauséeux – j’en suis conscient – de passion et de dégoût, de désir et de détestation, d’amour et de répulsion. Je ne vis que grâce à l’encre noire qui coule dans les veines sales de mon corps de papier, cadavre brûlé souillé déchiré gisant entre vos mains comme dans une tombe. Cher lecteur, vous êtes le cimetière dans lequel je repose.

God’s Business

Vous les avez sans doute croisés. Dans vos rues, dans vos radios, dans vos ordinateurs ou dans votre télévision. Parfois même dans l’école de vos enfants, dans votre lycée, dans votre université, parfois aussi sur votre lieu de travail. Les cons. Une colonie de bonobos qui font semblants d’être nombreux juste parce qu’ils sont partout. Recrutés dans les dernières paroisses pleines de nos villes, un peu aussi dans les mosquées, les synagogues, les temples – et autres lieux de réunions où l’on cultive avec douceur la haine du prochain – nourris à l’Ostie, ils défilent le sourire aux lèvres pour vous expliquer du haut de leur grande expérience qui vous devez haïr, et avec qui vous devez baiser.

Dirty Pöp / Salement Pöp : POP FREAKS

Voilà quelques années maintenant qu’une nouvelle génération d’artistes pop, venus de divers milieux et horizons musicaux (metal, rock, electro, pop) viennent bousculer discrètement les codes d’une musique devenue au fil des décennies de plus en plus consensuelle et passe-partout, surtout l’occasion pour les majors de faire du fric facile et de la musique sans risque de controverse. Ces artistes s’autoproduisent, galèrent dans les clubs pendant des années, ont parfois une petite réputation dans les milieux underground avant d’être découvert par un mécène prestigieux. Le plus célèbre exemple? Lady Gaga qui, quoiqu’on en pense, a révolutionné la musique pop en s’affranchissant de ses codes (rythme, sonorités, format radio…etc). Mais elle n’est pas la seule.