Sodome et Gomorrhe

La rédaction

portrait_oskar12 - Copie (545x800)

Oskar Kermann Cyrus

« Un âne »

Elizabeth Levy sur RTL, le 20 Novembre 2012

Oskar Kermann Cyrus, né en 1857, 1933, 1963, 1978, 2001, 2015… De la violence de ses dates j’ai construit un moteur puissant. Pratiquant le terrorisme en littérature, c’est à dire écrire non pour répondre à un questionnement, non pour guider l’éventuel lecteur, mais pour le perdre, le bousculer, le frapper fort où ça fait mal: le questionner.

Déverser sur le monde un flot d’incertitudes tenaces, vous empêcher de dormi, voici ma mission. Et puisque l’on ne peut pas empêcher un mort d’écrire, je vomirai sur ces pages toute la haine et la fureur de vivre.

malakoda

Nestor Malakoda

Rassurez-vous, mes critiques ne seront pas (toutes) mauvaises. Je suis (en général) moins méchant que j’en ai l’air. Ma plume a rarement écrit de mauvaises critiques, pour la simple et bonne raison que je termine rarement les livres qui ne me plaisent pas. Pourquoi perdre du temps ?

Éclectique, je lis de la littérature Française classique et contemporaine (Laclos, Hugo, Flaubert, Stendhal, Maupassant, Proust, Céline, Vian, Duras, Beckett, Sarraute, Sagan, Nothomb, Ovaldé, Despentes…), mais également de la littérature américaine (Paul Auster, Louise Erdrich, Joyce Carol Oates, Armistead Maupin, John Steinbeck, Stephen King…). J’avoue volontiers une attirance que certains ronchons élitistes qualifieront peut-être un petit peu hâtivement de « coupable » pour les romans policiers, français comme étrangers (Vargas, Jonquet, mais aussi Lehane ou Connelly), ainsi que pour les thrillers, ces livres qu’on lit plus pour la distraction qu’ils apportent (parfois) que pour l’intelligence du propos (cf le dernier Dan Brown, l’occasion de vous préciser que j’ai lu et aimé La Divine Comédie de Dante bien avant que le « Best-Selling Author » le plus énervant de la planète ne s’en empare). 

FB_IMG_1430166349573

Nathanaël Uhl

Musicologue déviant ; écrivain raté se muant en journaliste malhonnête; continue à penser que Britney Spears est un sex-symbol, que les Sex Pistols sont un boys band, que Houellebecq justifie a posteriori tous les autodafés de l’histoire ; finira au bûcher comme tous les hérétiques… Alexis Corbière connaît son adresse.

Accessoirement, se croit assez intéressant pour justifier la tenue épisodique d’un blog et d’une émission de radio.