Sodome et Gomorrhe

Orlando : la grande diversion

Dans la nuit de samedi à dimanche, Omar Mateen est entré armé dans le club gay Pulse d’Orlando, tirant sur la foule il a tué 50 personnes. Alors que son entourage et son ex-femme le décrivent comme mentalement instable, violent, homophobe, et pas très religieux, et parce qu’il a tardivement fait allégeance à Daesh, les médias français, suivant la communication de l’organisation terroriste et l’agenda politique de l’extrême droite, préfère parler guerre contre le terrorisme, Islam et immigration, rendant invisible la communauté LGBT pourtant visée par ce crime de haine.

La diversion Daesh

Omar Mateen était un citoyen américain. Né à New York, de parents afghans, il n’a – selon ses réseaux sociaux et son entourage – jamais présenté de folle affection pour l’Islam. Sur de nombreuses photos, on peut le voir arborant des t-shirts siglés NYPD, le “New York Police Department”. Ses parents, qui se sont exprimés dimanche, n’ont jamais constaté de penchant pour la religion, mais son père l’a par contre vu “énervé” après avoir vu deux hommes s’embrasser. Son ex-femme, témoignant dans la presse écrite, le décrit comme violent et mentalement instable. Elle précise également ne l’avoir jamais vu très religieux. La piste de l’Islam radical n’est donc que très très mince. Et pour cause, Daesh n’a que très vaguement lié son organisation à l’attaque d’Orlando.

C’est la “News Agency” AMAQ, qui relaie les informations émanant de Daesh, qui en trois lignes, et après que tous les médias aient parlé du très vague “serment d’allégeance” à Daesh prêté par Omar Mateen peu avant la tuerie, l’a qualifié de “combattant du califat”. Dans son bulletin quotidien, l’organisation terroriste ne pipe mot du massacre d’Orlando, preuve que la fusillade n’a pas été pilotée de l’extérieur, mais récupérée tardivement pour d’évidents besoins de communication. Qu’est-ce que ça change ? Et bien tout. Les sujets étalés dans la presse – française – n’ont plus lieu d’être. En effet, quel rapport avec la guerre contre le terrorisme ? L’Islam ? L’immigration ? Aucun. Mais dans un indécent besoin de divertissement et de sensationnalisme, la presse française – y compris, et c’est décevant, L’Humanité – préfère suivre l’agenda politique abject de Daesh et de l’extrême-droite qui, opportuniste, serait bien embêtée de causer lutte contre l’homophobie.

Nos chers nouveaux amis

Occultant le mobile homophobe, la presse s’engouffre dans les névroses de l’extrême-droite, dont le soudain élan d’affection envers la communauté LGBT a de quoi surprendre. Depuis que l’on est certain de la couleur de peau du tueur, nous pouvons assister à un véritable défilé nauséabond de nouveaux amis des LGBT. Ceux qui hier encore faisaient la sortie des boîtes gays pour “casser du PD”, ceux qui défilaient à la manif pour tous avec d’aimables slogans comme “La France a besoin d’enfants, pas d’homosexuels”, ceux qui nous comparent constamment à des pervers pédophiles, nous prêtant de sataniques intentions avec complicité des méchants franc-maçons, juifs et autres crapules communistes ayant vaguement trait avec une hypothétique “fin de la civilisation”, ceux qui parlent de nous en d’aimables termes (pédés, tantouzes, sodomites, fags, sacs à sida, des mots arabes, comme vous pouvez le constater, hein…) enfin tous ces promoteurs de haine ont réussi à berner les médias. Non, ils ne sont plus homophobes. Ils sont nos amis.

C’est oublier que les meurtres homophobes sur le continents américain et européen sont en quasi totalité le fait de blancs ou de chrétiens fondamentalistes, de suprémacistes blancs, ou les bêtes crétins qui constituent l’essentiel de l’électorat de Donald Trump. C’est oublier que la répression qui a mené aux émeutes de Stonewall était le fait d’un gouvernement homophobe, et non d’une organisation terroriste au délire vaguement religieux. C’est oublier le Maccarthysme qui, liant l’homosexualité au communisme, a lancé une destructrice chasse aux homos qui fit de nombreuses victimes. C’est oublier que ce ne sont pas des musulmans qui ont torturé et tué Matthew Shepard. C’est oublier que ce ne sont pas des musulmans qui, dans un climat nauséabond, organisent la riposte contre le “lobby LGBT” aux Etats-Unis, proposant des lois homophobes dans de nombreux Etats.

Les médias français complices

En occultant et minimisant l’aspect homophobe de cet abject crime de haine, les médias s’en rendent complices. En refusant le débat nécessaire sur notre société patriarcale hétéronormée, sur l’homophobie qui imprègne les aspects les plus banals de notre vie, sur les crimes de haine, mais aussi le débat sur les armes à feu aux USA, les médias suivent l’agenda politique de Daesh et de l’extrême-droite française, agenda nauséabond de division, de violence, d’exclusion et de haine. Par sensationnalisme, par névrose, par nécessité de divertir les masses, les médias – qui ont attendu de connaître la couleur du tireur pour en faire une information urgente – nous rendent invisibles.

Refusons ce hold-up idéologique. En ce mois de juin, sortons marcher lors des marches des fiertés, commémorant les émeutes de Stonewall. Affichons notre fierté, notre différence, soyons visibles et forts face à ces forces cyniques et immondes qui veulent nous pousser dans l’ombre.

Soyons unis.

Oskar Kermann Cyrus

bonus

Cyndi Lauper chante “True Colors”

Posez une bombe

%d blogueurs aiment cette page :